Interview de Roméo de Merci Japon

Ami blogueur de longue date à qui j’ai déjà eu l’occasion de donner la parole sur le blog, il me semblait intéressant d’échanger de nouveau avec lui suite à son changement de vie. Roméo est aujourd’hui blogueur à temps complet, il a quitté son travail pour se lancer à 100% dans cette nouvelle aventure depuis le Japon. Il y vit actuellement en itinérance et partage ses expériences sur son blog Merci Japon, sur son compte Instagram ainsi que sur sa chaîne Youtube. Il a récemment publié un livre intitulé « Petit blogueur deviendra grand » partageant son expérience, de sa jeune adolescence jusqu’à ce changement de vie » dans le monde du blogging.

A : Je te connais depuis tes 13 ans (si je ne me trompe pas) et j’ai pu constater ton évolution sur la toile, de ton duo sur Colour Game (blog spécialisé dans le jeu vidéo) à aujourd’hui. Il y a quelques mois, tu m’as annoncé partir au Japon pour te lancer à 100% dans le blogging. Pourquoi ce choix ?

R : Hello Alexis ! Merci de me donner la parole une fois de plus sur ton blog tout d’abord. De mon côté, j’étais en pleine réflexion personnelle depuis plusieurs mois. J’avais réussi à faire le métier que je souhaitais faire depuis plusieurs années, Community Manager. Après plus de deux ans à ce poste, la routine s’est installée. Travail > maison > sorties avec les amis > maison > travail… Et en fait, ce n’était plus possible. Rester 8 heures par jour devant un ordinateur pour moi, sans vraiment trouver de sens à ce que je faisais, c’était pesant. J’ai regardé toutes les possibilités autour de moi et étant déjà micro-entrepreneur avec mes blogs en plus de mon travail je me suis dit : pourquoi pas tenter l’aventure à plein temps ? Au final, je voulais faire un tour du monde et finalement, ça s’est orienté vers un an au Japon grâce à un visa Working Holidays, qui me permet aussi de travailler ici en cas de besoin. L’occasion d’avoir un quotidien très différent, de toujours bouger et surtout de me consacrer à 100% au blogging et ainsi à mes 10 blogs.

Petit blogueur deviendra grand, le livre de Roméo

A : Ce changement de vie s’est accompagné de la sortie de ton livre « Petit blogueur deviendra grand ». Qu’est-ce qui t’a poussé à écrire ce bouquin ? Et qu’en as-tu tiré ?

R : Ce livre, c’est un peu un hasard au départ. Une maison d’édition voulait que je fasse « un guide du blogging » mais moi je ne me sentais pas forcément légitime et je n’en avais pas envie. On a avancé dans les négociations et finalement je me suis rendu compte que le monde de l’édition n’était pas fait pour moi… J’ai donc commencé à écrire un petit truc un soir en rentrant sur mon iPad. Puis j’ai continué, sans aucun plan et je me suis arrêté car j’avais l’impression d’avoir tout dit ! Ce bouquin ça a été un bonheur à écrire, j’ai fait surtout quelque chose qui me ressemble. C’est un peu l’accomplissement de presque 10 ans de blogging sur le web aussi car le papier c’est concret et ça restera à vie. J’ai hâte de relire ce livre dans 20 ans par exemple. J’ai eu la chance d’avoir des retours extraordinaires, clairement. Je ne m’y attendais pas car pour moi c’était un livre que j’allais proposer à mes proches et dans le meilleur des cas j’allais en vendre 50 exemplaires. Ça m’a aussi permis de faire un point et de voir où j’en étais dans ma vie, j’ai l’impression d’avoir presque grandi d’un coup après l’écriture de ce petit livre.

A : Aujourd’hui le voyage a pris une place importante dans ta vie. Tu es itinérant au Japon, tu as lancé Merci Japon pour partager ton expérience mais aussi un site de bon plan pour le voyageurs « TripPasCher.com ». Comment expliques-tu cette arrivée du monde du voyage dans ta vie ?

R : C’est clair que le voyage est important, à l’heure où je rédige cet article, je suis en train de penser au même moment à mon sac que je dois faire demain car je change de logement sur Osaka. Je suis itinérant au Japon mais je reste quand même la très grande majorité du temps sur Osaka, ça me sert plus ou moins de « hub » pour bouger ici en étant tout à fait honnête. Ceci dit, le voyage a toujours été quelque chose d’important pour moi : on se construit en regardant le monde autour de soi. Simplement avant, je prenais quelques jours pour partir mais je n’en parlais pas. J’avais l’impression de pas être légitime sur le monde du blogging, à l’époque je faisais que du jeu vidéo sur mes blogs. Au fond ceci dit, le voyage a toujours été là. Puis à un moment je me suis dit : faut faire ce qu’on aime, fonce ! J’ai donc lancé MerciJapon.fr. Pour TripPasCher, c’est un peu particulier : je suis du genre à chercher tous les bons plans en permanence. Mes amis me demandaient souvent : « Tu peux me trouver un billet d’avion pas cher pour cette destination ? » et parfois ils n’en revenaient pas de certains prix. Alors je me suis dit : je vais partager tous les jours des vols pas chers au départ de la France sur les réseaux sociaux avec Trip Pas Cher !

Osaka au Japon

A : Tu es au Japon depuis le mois de janvier : Tokyo, Osaka, Kyoto, Kobe, Nara, Niigata… Qu’est-ce que tu retiens de ces premiers mois ?

R : De ces premiers mois, je retiens un peuple très accueillant et formidable. Des choses magnifiques que j’ai pu voir, une nature très variée, un pays parfois loin des clichés qu’on pourrait en avoir et surtout : une image différente du Japon que j’avais pu voir en étant touriste. Là, je suis officiellement résident pour une année et ça change tout. Si on est émerveillé par ce qu’on peut voir, on est aussi parfois un peu surpris et agacé par d’autres choses. Le Japon est fantastique sur de nombreux points mais comme partout, il y a aussi des choses moins cools. On n’en parle pas suffisamment parce que quand on vient en vacances, on est dans sa bulle mais sur le long terme je pense que ça peut peser. Après, j’ai la chance de vivre ce voyage à 10000% et donc j’essaye de faire abstraction des petites choses pénibles. Quoi qu’il en soit, pour moi Osaka reste une ville à part du Japon. Une ville où tu te sens hyper bien et où tu veux vivre éternellement. Je ressens un peu la même chose à Kobe d’ailleurs, je retiens donc que ces deux villes sont un peu mes villes de cœur avant tout !

A : Sur Récits d’aventures, je m’intéresse tout particulièrement aux destinations méconnues ou, quand elles sont plus célèbres, à des expériences hors des sentiers battus. Est-ce que tu aurais une recommendation à nous faire ?

R : J’ai adoré le mont Yahiko à Niigata, j’y ai passé une journée. Je n’ai vu que quelques japonais et je suppose que ce n’est pas très touristique mais cela s’explique aussi par le fait que ce soit peut-être un peu loin de tout. Une fois en haut : à droite on aperçoit la mer, à gauche les montagnes. C’est assez dingue cette proximité et on se sent tout petit. Sinon, je recommande aussi une Cérémonie du Thé à Kyoto qui pour le coup reste dans les chemins touristiques mais elle a la particularité d’être très traditionnelle et un peu différente de qu’on peut trouver dans certains « pièges à touristes ». J’en avais parlé sur mon blog, elle se trouve tout au nord de la ville mais le détour en vaut le coup. Tant que je parle de Kyoto, je vais ajouter que la petite randonnée pour se rendre en haut du Mont Daimonji-yama est incroyable ! C’est finalement peu connu et pourtant d’en haut, on voit l’intégralité de la ville de Kyoto et on se balade en forêt pour y monter. C’est incroyable. J’avais pris mon ordi et j’avais bossé face à cette vue, c’était fou.

A : As-tu déjà des projets pour l’après Japon ? Tu avais annoncé à ton départ y partir pour 1 an.

R : Pour l’après Japon, je n’ai pour l’heure pas le moindre projet en étant honnête. Je ne sais pas si je vais rester ici car après les visas, c’est autre chose. Ceci dit, j’avais pu être professeur vacataire en France et l’expérience était géniale. Si j’ai cette opportunité ici, ce serait avec plaisir. Quoi qu’il en soit, j’espère pouvoir découvrir l’Asie dans les années à venir pour découvrir ce continent si riche et diversifié ! Tout dépendra aussi de l’état financier de mon compte bancaire car l’activité que je fais reste malgré tout très irrégulière au niveau des revenus. Certains mois c’est cool, d’autres moins mais c’est aussi ça l’aventure.

A : Autre chose qui a toute son importance dans le voyage, et je sais que c’est le cas pour toi… la nourriture. As-tu fait une découverte culinaire plus incroyable que les autres ?

R : La nourriture, c’est vraiment quelque chose que je trouve hyper important dans un voyage. C’est une part de la culture d’un pays ! Pour moi, l’Okonomiyaki au Japon reste tout simplement la plus belle surprise. Je n’en avais pas mangé auparavant même lors de mon précédent voyage mais quelle claque. Idéal pour un petit pétage de bide en fait ! Ça n’a pas forcément quelque chose d’incroyable mais ça reste ce que j’adore. Sinon, le meilleur moyen de faire des découvertes : attendre 17h, que les supermarchés soldent la nourriture invenduelle et là : faites-vous plaisir à tout tester.

okonomiyaki-japon

A : Et qu’est-ce qui te manque le plus depuis que tu as quitté la France ?

R : Ce qui me manque le plus, c’était le fromage au départ. Ceci dit, depuis, j’ai un peu oublié ça et je suis passé au-dessus en toute honnêteté. Je pense que ce sont les fruits en réalité parce qu’ici, c’est hors de prix. En France, j’en achetais énormément et j’en mangeais vraiment beaucoup : matin, midi et soir. Là, c’est impossible financièrement hormis des bananes et de l’ananas parfois. Ensuite, ça va paraitre cliché mais si sur ces trois derniers mois je n’ai pas ressenti le manque de mes proches, je dois avouer que là, j’aimerais bien revoir ma famille et mes amis juste l’espace d’une soirée. La distance sera peut-être un peu difficile à gérer d’ici 3-4 mois mais j’ai la chance d’avoir des amis qui viennent me voir en juin, mon frère en septembre, d’autres amis en octobre. Ça risque d’être top et puis je reviens à Osaka en juillet et août, pour deux mois. Ici j’ai des amis aussi que j’ai pu rencontrer, c’est donc important pour moi d’avoir un endroit où socialement je peux m’épanouïr.

A : Le voyage c’est aussi des difficultés, on le sait tous. On nous montre toujours les plus beaux paysages, les plus belles rencontres et les repas les plus gourmands mais il y a aussi des galères sur les routes du monde. En as-tu une à partager avec nous ?

R : Ma devise : ne jamais parler des galères. Sauf qu’évidemment j’en ai eu. Le seul petit truc, c’est que mes parents, mes amis et d’autres internautes regardent mes aventures uniquement sur le web. C’est un moyen d’avoir des news aussi et je ne veux jamais les inquiéter. Quand ça ne va pas, je prends sur moi et j’essaye de trouver une solution, j’essaye d’en rire. Par exemple, j’ai galéré énormément avec mon sac à dos. Il faisait 17kg au départ (et j’en ai un plus petit de 8kg). C’était horrible les premiers déplacements, je me suis donc séparé de 7kg d’affaires. Ensuite, la fatigue : on ne se rend pas compte mais bouger et prendre 4 avions en 1 semaine comme je l’ai fait il y a quelques jours, c’est hyper fatiguant. Surtout que la journée, tu profites mais le soir tu dois bosser en rentrant jusqu’à tard le soir. Alors j’ai un peu changé ma façon de faire et maintenant j’essaye avant tout de profiter. Il y a ensuite les problèmes financiers : les clients qui ne payent pas dans les temps et qui te mettent un peu dans la merde, il y a aussi le fait d’être malade. Je n’en ai pas parlé mais en arrivant à Osaka, je suis resté 3 jours alités avec plus de 40° de fièvre et une bonne grippe, j’ai pas mal flippé pour être honnête car je n’avais même pas souscrit à l’assurance santé nationale à ce moment là. J’arrivais juste, sans connaitre personne, 3 jours comme ça, c’est long. Évidemment, tu n’oses pas dire à tes proches que t’es déjà malade. Depuis, tout va très bien et dorénavant je le dirais sans problème par exemple mais là, je savais très bien que ça allait le faire après et donc je préfère n’inquiéter personne. En fait, c’est souvent plein de petites galères qui s’additionnent et t’es à deux doigts de craquer, tu dis que tu vas chialer parce que t’as tout quitté et que personne t’avait forcé à faire ça et que là, t’es ici dans la merde. Puis tu réfléchis 20 secondes et tu dis : putain, c’est ouf ce que je vis ! Et t’es remotivé à bloc pour un mois et ça repart.

A : Dernière question. Qu’est-ce qui te fait encore rêver aujourd’hui ? Un lieu, une destination ou une expérience que tu aimerais vivre par exemple.

R : J’avais quatre rêves dans ma vie : vivre de mon activité de blogging. Je le fais aujourd’hui. Ensuite, je voulais vivre un an au Japon : je le fais. Les deux dernières choses, c’était découvrir Hawaii et Okinawa. Okinawa ? Je m’y envole dans 15 jours pour 1 mois (et j’ai même des amis qui m’y rejoignent), je suis vraiment impatient. Ensuite, Hawaii, j’ai eu la chance de réserver (grâce à Trip Pas Cher d’ailleurs car j’en profite moi-même !) un billet A/R à 140€ depuis Osaka en septembre, c’est fou (car depuis le Japon c’est quand même plus de 8 heures d’avion en direct et idem au retour, ce n’est pas à côté en réalité et c’est souvent plus de 400€ A/R). J’ai vraiment le sentiment que tous mes rêves vont être réalisés, je suis juste serein et je demande à être surpris maintenant ! Après oui, il y a des expériences que je voudrais faire mais c’est plus futile : du saut à l’élastique, un parc d’attraction nommé Fuji Q Highland à côté du Mont Fuji, un saut en parachute (j’adore les sensations fortes !) et éventuellement peut-être avoir une expérience dans une boite de mes rêves au Japon. Si je ne souhaite pas travailler ici sur le long terme car le monde du travail est très difficile, je voudrais au moins avoir une belle expérience pourquoi pas. Sinon, si je peux trouver une école pas chère pour une année : je voudrais bien apprendre le Japonais et rester ici un an de plus à partir de janvier pour ça par exemple.

Merci Alexis pour m’avoir donné la parole en tout cas ! T’es le bienvenu au Japon, tout comme tes lecteurs. C’est un plaisir de faire découvrir Osaka aux français en tout cas car je commence à bien connaitre la ville avec Kyoto après pas mal de temps ici 😉

9 commentaires

  1. Coucou,
    J’avoue que je ne m’y vois pas mais je suis admirative de ce parcours ! C’est assez incroyable je trouve d’oser et d’arriver à s’adapter 🙂
    Des bisous !

  2. Hello
    Je comprends que pour ne pas inquiéter ses amis et famille, on ne parle pas de ce qui ne va pas, mais je pense aussi qu’il est important lorsqu’on a une communauté de montrer que rien n’est si facile et qu’on peut aussi avoir des galères, histoires que les jeunes comprennent bien dans quoi ils vont s’engager s’ils veulent partir. ça doit être mon côté maman qui parle du coup. ^^
    Sinon bravo, je n’aurai jamais oser !
    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*