Susaki, préfecture de Kochi | Japon

Susaki, tous les plaisirs de la campagne au Japon !

Si le mot Japon évoque pour beaucoup la frénésie de Tokyo ou les charmes de Kyoto… je te propose aujourd’hui de découvrir une autre facette de ce pays qui fascine autant les Français. Je t’emmène en voyage à Susaki, dans la préfecture de Kōchi sur l’île de Shikoku. On s’éloigne des grandes villes pour découvrir les charmes de la campagne japonaise, de la mer et des forêts !

J’ai pu réaliser un rêve de gosse grâce à la ville de Susaki… me rendre au Japon. Je ne pense pas me tromper en disant que j’ai envie de découvrir ce pays depuis mes 10 ans, soit depuis 16 ans environ. Le Japon, je l’ai découvert au travers de la pop-culture : grâce aux mangas, jeux vidéo et au cinéma puis dans un deuxième temps grâce à internet. Je me fais fréquemment plaisir en regardant les superbes vidéos d’Ichiban Japan ou d’Ici Japon par exemple. Lors de l’édition 2017 de Japan Expo, la ville de Susaki avait un stand pour faire sa promotion touristique et organisait un concours dans le but de sélectionner 3 ambassadeurs qui auraient la chance de partir découvrir cette ville pendant quelques jours. Après entretien et performances sur scène j’ai eu la joie d’être sélectionné comme ambassadeur de la ville.

Grâce à ça, j’ai pu découvrir la campagne japonaise en rencontrant des personnes et en voyant des choses que je n’aurais certainement jamais pu voir en temps normal. Ce voyage a notamment été l’occasion d’expérimenter des activités locales à l’opposé de ce que j’aurais pu faire si je n’étais allé que dans de grandes villes.

Susaki et la mer

Susaki se trouve environ à 1h de la ville de Kōchi si vous êtes en voiture, il faut compter à peu près le double en transport en commun. Le trajet de Kōchi à Susaki est l’occasion de s’émerveiller face à la beauté des cotes de l’île de Shikoku… une mise en bouche avant de découvrir ce que réserve la ville de campagne.

Une fois arrivé sur place, le constat est là… Susaki est magnifique ! Bordée par la mer et parsemée de petites montagnes couvertes de forêts, c’est le bonheur pour les amoureux de nature ou pour ceux qui chercheraient un coin pour se détendre. Pour découvrir les environs, nous avons embarqué à bord d’un bateau navette qui dépose d’une île à l’autre ou d’une cote à l’autre. C’est l’occasion de respirer l’air frais de l’océan tout en profitant de la beauté des paysages.

En bateau, Susaki donne l’impression d’être une ville composée de petites montagnes forestière sortant de l’eau. En tant qu’amoureux de la nature, c’est un régal pour mes yeux.

Mer de Susaki | Japon

Autre plaisir qu’on peut facilement pratiquer à Susaki… la pêche. Dans mon cas, je me suis laissé prêter au jeu de la pêche à la daurade avec un leurre. En plus d’être particulièrement agréable, on peut avoir la satisfaction de déguster sa pêche par la suite. La ville est idéale pour cette pratique : une tranquillité absolue et des paysages de rêve qui rendent tout de suite la session de pêche en bateau très agréable. Seul petit bémol à noter, je t’invite à prendre un petit médicament avant de partir en mer. Je prends de temps en temps le bateau mais n’ai absolument pas l’habitude de m’arrêter en plein milieu de l’océan pour pêche. Du coup, le cocktail bateau à l’arrêt + houle provoquée par les vagues = Alexis la tête par dessus bord et l’estomac qui se vide par vagues. Finalement j’ai certainement plus nourri les poissons que l’inverse !

Océan à Susaki | Japon

Poisson à Susaki | Japon

Autre activité que j’ai pu pratiquer sur place : le kayak accompagné d’un moniteur professionnel qui a pu donner des conseils sur les techniques, la manière de naviguer en fonction du vent et des vagues et partageant des anecdotes avec nous. Le kayak en mer était une grande première pour moi et, j’espère, pas la dernière ! On a eu pas mal de chance sur la météo : pas trop de soleil, pas de pluie… bref, le temps idéal pour profiter de la mer et du kayak sans pour autant cramer ou être plus trempé qu’avec les caresses des vagues sur nos fesses !

La mer est onduleuse de vague mais pas non plus déchaînée, même quand il y a du vent. Ce qui la rend très facilement praticable même pour les débutants. Il faut juste penser à porter des vêtements qui ne craignent pas l’eau étant donné que ça mouille pas mal, notamment côté pantalon !

La population de Susaki

L’accueil que nous a réservé la population de Susaki fait très certainement partie des plus belles surprises de ce voyage. Je sais que je voyageais dans des conditions spéciales, étant donné que nous étions ambassadeurs de la ville, mais il n’empêche que tous les habitants ont partagé avec plaisir un moment, une anecdote, des connaissances ou un sourire avec nous.

Fête d'accueil à Susaki | Japon

Habitants de Susaki | Japon

Il faut savoir qu’il y a assez peu de visiteurs étrangers à Susaki et nous étions par conséquent des curiosités dans le paysage local. Nous avons été accueillis chaleureusement le premier jour avec une petite fête où les gens sont venus à notre rencontre, ont partagé quelques verres et le repas avec nous. Des artistes locaux, des artisans, des habitants et même le maire étaient présents pour nous souhaiter la bienvenue !

La barrière de la langue n’a pas spécialement été un problème. Déjà parce que notre super traductrice Sarah était avec nous, mais surtout parce que les plaisirs de la vie rassemblent. Autour d’un bon bol de ramen, on hoche de la tête pour dire que c’est délicieux, on a eu l’occasion de beaucoup rire avec les locaux quand j’ai été malade en bateau… bref, que du bonheur !

Shinjokun, mascotte de Susaki | Japon

Shinjokun, mascotte de Susaki.

Maire de Susaki | Japon

Avec la Maire de Susaki !

Sur plusieurs jours, je n’ai croisé qu’un autre étranger dans la ville qui semblait faire de la randonnée. Sois donc certain que tu seras très agréablement reçu à Susaki si tu souhaites t’y rendre.

La cuisine locale

Qui dit océan… dit poisson ! Bon nombre des spécialités locales sont à base de poisson. J’ai très certainement mangé les meilleurs sushis et sashimis de ma vie à Susaki. On a eu l’occasion de manger notre pêche… une tuerie. Autre curiosité, on a préparé du Tataki authentique, de la bonite grillée à la paille que nous avons coupé et cuit nous-même. Là aussi, c’est une grosse dinguerie, le poisson est cuit à l’extérieur et encore cru à l’intérieur. On ajoute une couche de sel par dessus et on déguste ça frais… façon pique-nique. Susaki c’est tout bonnement le bonheur pour les amateurs de poisson.

J’ai pu constater avec amusement et curiosité que les japonais n’avaient pas de mal à manger des frites avec leurs sushis… du coup on ne pourra plus crier au scandale en voyant ce genre de pratiques dans nos restaurants japonais

Ramen à Susaki | Japon

Autre spécialité de la ville : les ramen ! J’avais eu l’occasion d’en manger en France par le passé mais ça n’a juste RIEN A VOIR avec un vrai au Japon. Pour dire à quel point le ramen est important dans cette ville, la mascotte de la ville est coiffée d’un bol de ramen renversé sur la tête. Celui que nous avons dégusté était au calamar et au poulet… là aussi, un véritable délice. Je te préviens d’ailleurs que tu peux opter pour un ramen de taille classique, il est déjà énorme !

Pour ceux qui ne seraient pas fan poisson, on trouve aussi assez facilement de la viande à Susaki. Et celle que j’ai pu déguster sur place était particulièrement qualitative. A deux reprises nous avons mangé du bœuf, et notamment des pièces de bœuf de très grande qualité que nous avons cuit sur des barbecues. Les restaurants proposant ce genre de repas offrent généralement des décorations traditionnelles et nous sommes assis au sol avec des tables basses. En plus d’être très différent de ce qu’on voit chez nous, c’est vraiment plaisant.

Restaurant à Susaki | Japon

Nous avons également eu la chance d’être accueillis par la patronne de l’atelier Marukyo, le fabricant de sauce soja et de miso de la ville de Susaki. On a pu y découvrir la fabrication traditionnelle de la sauce soja, du stockage et de la mise en bouteille faite à la main sur place. L’atelier Marukyo produit certaine sauces soja plus salées et d’autres un petit peu plus sucrées. J’aurais tendance à préférées la plus sucrée mais c’est avant tout une histoire de goût. Il n’empêche que la production est très impressionnante, que l’entreprise est familiale et que beaucoup de choses sont encore faites à la main pour plus de qualité.

Marukyou à Susaki | Japon

L’artisanat à Susaki

Artisan à Susaki | Japon

L’artisanat conserve une grande place dans la ville et les habitants semblent très fières de ça. On y produit des couteaux japonais traditionnels, des objets à base de bambou mais aussi avec du bois… de nombreux savoir faire que certains artisans ont accepté de nous faire découvrir, voire même de nous faire essayer.

Couteaux à Susaki | Japon

L’aiguisage de couteaux japonais chez Sakoda Hamono est une expérience qui m’a beaucoup marqué. L’accueil de l’équipe a été très chaleureux, leurs connaissances sont incroyables et on a pu s’exercer à la forge et à l’aiguisage de lame. Il faut à peu près une journée pour produire un couteau de A à Z pour les membres de l’équipe de Sakoda Hamono, une petite équipe qui est prête à partager son savoir-faire avec quiconque aurait la motivation d’apprendre et de consacrer du temps à la réalisation de ces magnifiques couteaux. Même en étant étranger, si tu sais parler japonais et que tu as quelques années devant toi… tu y seras le bienvenu.

Première chose que nous avons pu faire : battre le fer encore à très haute température. Alors, si tu es sensible aux fortes chaleurs et aux bruits puissants, je te recommande d’admirer seulement le produit fini. Si ça ne te rebute pas… c’est une expérience à vivre !

On trouve dans la ville de Susaki la seule forêt de bambou tigré du monde. C’est une ressource très rare et précieuse étant donné que ce bambou ne peut pousser que dans cette ville. Même s’il est extrait et replanté ailleurs, le bambou perd son tigrage. Nous avons eu la chance de pouvoir nous balader sur une des deux montagnes de bambou et d’échanger avec l’expert local, Yoshihiro Yamagishi, qui transforme, avec ses équipes, le bambou dans ses ateliers. En plus de sa passion débordante pour le bambou, ce qui est le plus frappant est son militantisme écologique. Il a vu au fil des années les productions de bambou se réduire drastiquement en raison du réchauffement climatique. Symboliquement, il a donc décidé de fabriquer son véhicule électrique fait de bambou pour circuler dans la ville mais aussi pour présenter son combat lors de salons internationaux.

La visite des ateliers “Taketora” est également très instructive, on y découvre comment les bambous sont chauffés pour être tordus, puis redurcis et comment ils sont transformés par les travailleurs locaux. Un véritable savoir faire complètement différent de ce qu’on peut voir chez nous !

 

Si je devais résumer Susaki

J’ai aujourd’hui un lien assez fort avec Susaki étant donné que c’est la première ville japonaise que j’ai pu découvrir mais pas seulement… Susaki c’est la campagne que j’aime : la tranquillité, des paysages incroyables, la beauté de la mer, des montagnes et de la forêt, une population chaleureuse, une cuisine généreuse et un savoir faire artisan absolument dingue. Et je suis certain d’oublier des choses. Si ce dont je viens de parler t’évoque quelque chose, vas-y, je ne pense pas que tu seras déçu. L’idéal serait d’être en voiture pour profiter pleinement de la ville et une fois sur place faire de la randonnée, du bateau, etc. Si tu es, par contre, à la recherche de grandes villes qui bougent énormément, ce n’est pas forcément ce que tu trouveras sur place.

Susaki | Japon

Susaki | Japon

J’aurai d’autres occasions de te parler de Susaki étant donné que je travaille déjà sur mon prochain article qui traitera du onsen local où j’ai pu loger. Un véritable bonheur !

Cet article t’a plu ? Épingle-le sur Pinterest !

Ville de Susaki | Japon

14 Comments

Laisser un commentaire