Guanajuato, la belle mexicaine !

Guanajuato est très certainement la ville qui m’a le plus marqué durant mon voyage au Mexique. Maisons colorées, momies, mines, jardins… cette ville de taille moyenne située à 300km environ au nord-ouest de la capitale nationale est juste incroyable. Elle est d’ailleurs très facilement accessible en bus depuis toutes les grandes villes à quelques heures de là : San Luis Potosí, Santiago de Querétaro ou encore Mexico.

Située dans une gorge pittoresque entourée par les montagnes, Guanajuato surprend d’abord par ses couleurs. L’entrée dans la ville se fait par les hauteurs et nous laisse surplomber les centaines de maisons qui colorisent chaudement la vallée. Et le plus cool dans tout ça, c’est que j’étais logé dans une auberge de jeunesse vraiment géniale située sur un flanc de montagne en hauteur avec vue sur toute la ville. Je vous recommande d’ailleurs très chaudement l’Hostal Casa de Dante, une auberge où l’accueil est très chaleureux, le petit déjeuner délicieux est l’environnement exceptionnel. On peut même y prendre sa douche sur la terrasse avec une vue incomparable quand on sort de là.

Terrasse de l'auberge.

Terrasse de l’auberge Casa de Dante

Sans forcément être gigantesque, la ville offre pas mal de choses à visiter. Bien évidemment, la première étape c’est le centre de la ville. Et ce qui est assez chouette, c’est qu’en marchant juste un petit peu, à peu près tous les coins les plus sympas de Guanajuato sont accessibles à pieds. Première découverte, après être descendu de l’auberge : le Théâtre Juarez, monument à la façade absolument sublime et le Jardin Unión qui lui fait face. Ils se trouvent dans un passage très piéton et vivant où les jeunes et moins jeunes marchent, discutent, jouent, mangent, etc.

theatrejuarez

Des commerçant ambulants s’installent sur les côtés du théâtre et tout autour du jardin. On peut y acheter à manger, à boire mais aussi de l’artisanat local et plein de petites babioles. Guanajuato est une ville assez importante, puisque capitale de sa région, mais garde quelque chose de très humain. Je me suis acheté un soda à boire dans un sac en plastique et j’ai discuté avec deux mamies qui étaient assises là pour passer le temps.

jardinunion

Les ruelles du centre historique (callejones) sont très sympathiques. Elles sont colorées, sinueuses et décorées en fonction des évènements du moment. Etant donné que la fête des morts avait eu lieu une semaine plus tôt, des squelettes étaient encore posés sur les coins de fenêtres ou exposés dans les vitrines des commerces. Mais qui dit passage à Guanajuato dit forcément escale à la Callejón del Beso. Il s’agit d’une minuscule ruelle connue pour ses légendes, son histoire dramatique et romantique. On peut y constater la proximité des deux fenêtres deux chaque côté de la rue, où les amoureux pouvaient se voir le soir malgré la réticence du père de la jeune fille. Si vous y passez, je vous recommande de demander à un local de vous raconter l’histoire sur place pour un peu mieux comprendre la magie de cette ruelle (à condition que vous parliez espagnol. La tradition veut que les couples qui passent ici s’embrassent pour s’assurer un avenir heureux.

callejondelbeso

guanajuato-rue

Non loin de là, l’Alhóndiga de Granaditas m’a complètement bluffé avec ses peintures murales. Il s’agit d’une halle aux blés construite à la fin du XVIIIe siècle. Elle est réputée pour avoir été la scène d’une des premières actions militaires de la Guerre d’indépendance du Mexique en septembre 1810. En plus d’être un lieu historique important marqué par des grands noms tels que  Miguel Hidalgo y Costilla et Ignacio Allende, il s’agit d’un édifice à l’architecture totalement dingue. Les escaliers sont monumentaux, les plafonds immenses et les peintures murales sont d’une puissance… je ne peux que vous conseiller de vous y rendre.

alhondiga

alhondiga-granaditas

La Basilique de Notre Dame de Guanajuato fait également partie des lieux incontournables de la ville. Sa couleur et son architecture m’avaient tapé dans l’œil lorsque j’étais monté au Pipila (le point le plus faut de la ville) pour admirer Guanajuato depuis les hauteurs. Cette basilique baroque du XVIIe siècle s’impose de par sa taille et ses couleurs chaudes qui sautent de suite aux yeux. A l’intérieur, on peut y admirer un retable assez époustouflant datant du XVIIIè siècle ainsi qu’une représentation de la Vierge Patronne de la ville datant du XVIe siècle et donnée par le Roi Charles Ier et son fils. Elle est facilement accessible et se trouve non loin de l’université de la ville qui vaut, elle aussi, plus que le détour. Je n’ai malheureusement pas de belle photo de l’université de Guanajuato (mes deux photos sont ratées) mais je dois vous avouer qu’elle est assez surprenante. Elle est très haute et on y accède par un escalier gigantesque qui se trouve être plus grand que beaucoup de maisons du coin.

basilique-guanajuato

La plus grande curiosité de la ville reste tout de même le Musée des momies. Celui-ci est un peu plus reculé mais reste accessible à la marche en étant un petit peu motivé. Il va falloir grimper. Les momies de Guanajuato résultent de la momification naturelle d’un certain nombre de cadavres inhumés lors d’une épidémie de choléra autour de la ville en 1833. Les momies furent découvertes dans un cimetière de Guanajuato, faisant de la ville l’une des plus grandes attractions touristiques du Mexique. À l’époque, un impôt local s’appliquait aux parents pour conserver les corps inhumés. Lorsque les parents étaient incapables ou refusaient de payer l’impôt, les corps étaient exhumés. 90% des restes ont été exhumés parce que les parents n’avaient pas de quoi payer cette taxe. Parmi ceux-ci, seulement 2% avaient été naturellement momifiés. Les corps momifiés ont été stockés dans un bâtiment puis les fossoyeurs ont commencé à réclamer quelques pesos aux visiteurs jusqu’à ce que ce lieu devienne un musée. Le lieu peut paraître particulièrement glauque mais il faut bien avouer qu’il présente un intérêt tout particulier. D’une part il relate une histoire que je trouve absolument incroyable mais le musée expose encore pas mal de momies qui datent de l’époque. Bref, âmes sensibles… s’abstenir !

guanajuato-momies

Pour la petite anecdote, la séquence d’ouverture du film Nosferatu, fantôme de la nuit de Werner Herzog a été tournée au musée des momies de Guanajuato.

museemomies

Ce qu’il faut savoir, c’est que Guanajuato était par le passé une très grande ville minière, notamment d’argent. La mine de la Valenciana était la mine la plus riche de la région et peut encore être visitée aujourd’hui. Elle est un peu excentrée du centre-ville de Guanajuato mais est très facilement accessible en taxi (pour pas cher). Pour y accéder, il faut grimper dans les hauteurs et traverser quelques tunnels creusés dans la montagne. On peut visiter les lieux librement (l’entrée est payante) ou avec un guide. J’aurais tendance à te recommander de prendre un guide, ça ne coûte presque rien et ses anecdotes sont superbes. J’y ai appris beaucoup de choses sur les superstitions des mineurs à l’époque mais il faut savoir parler espagnol. Le guide de la mine donne ses explications uniquement en espagnol.

Et la chose la plus chouette, il est tout à fait possible de descendre dans l’une des mines. Je peux t’assurer que la descente sous terre fait toujours son petit effet.

mines-guanajuato

guanjuato-mine

guanjuato-mines

Il y a bien évidemment de nombreuses autres choses à visiter à Guanajuato mais je pense que si tu fais déjà le tour de tout ça, tu en auras plein les yeux et plein le cœur. Parmi les visites que je recommanderais fortement à Guanajuato en plus de toutes ces merveilles il y a évidemment le Marché Hidalgo, un marché couvert somptueux où on peut manger des produits et des plats ultra frais sur place, et le musée de la torture pour les moins sensibles.

Je garde un souvenir impérissable de cette ville et j’espère t’avoir transmis mon amour pour celle-ci.

2 Comments

Laisser un commentaire